Press

critique à lire sur Lebazardejeun blog de critiques très sympa tenu par un passionné qui maitrise le clavier !

Critique parue dans LeMonde.fr, Juillet 2010.

Edmond Tourriol : Capitaine LSD : Welcome to the 90’s, par Jim Dandy,éditions Réflexions

– Il est plus facile de combattre le crime en costume à paillettes que d’affronter ses sentiments.

– C’est pour ça qu’on porte des masques, non ?

Capitaine LSD n’est pas un comic book de super-héros comme les autres. C’est un poème. Un poème désespéré sur l’amour, sur la rédemption et sur les choix du passé. Comment tourner la page, se demande Andy Namite, alias Capitaine LSD, qui quitte la présidence des Sup’Europa à la fin de la Guerre Froide, en décembre 1989 à Berlin.

Les personnages qu’on croise tout au long de son voyage ont des noms aussi improbables que Docteur Peace & Sister Love, le Blaireau des Ardennes, Iron-Butterfly ou Mamie Supernova. On se croirait dans un rêve commencé au début des années 90… et dont on ne se serait pas réveillé. Les influences de l’auteur, Jim Dandy, sont explicites : Rob Liefeld (créateur de X-Force), Kurt Cobain, poète suicidaire…

« Vénus pleure et des larmes sur nos yeux secs s’écrasent comme des lames sur du verre brisé ». Le héros du Kitschcosmik Group ne se remet pas d’un chagrin d’amour qui le poursuit depuis des années. Personne ne s’intéresse à son sort. Il voudrait que sa poésie lui serve d’épitaphe mais une jeune super-héroïne débutante lui servira de bouée de sauvetage, comme la Robinette du Dark Knight Returns. Une pluie de météorites s’abat sur Terre. D’où viennent-elles ? Leur secret et leur destination finale est parallèle au destin du héros déchu.

http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2010/07/02/nos-coups-de-coeur-bd-de-juin/

 


Comics Place.net  » J’irai lire des comics chez vous #44 05/2010 « .

critique parue sur le site d’Aufeminin.com, le 24 Septembre 2010.

Mais qui est ce Capitaine LSD ?

Vous avez devant vous le plus grand super-héros des années 80, Andy Namite ! Un ex-super héro qui a combattu avec succès les soviétiques tout au long de la guerre froide. Seul problème : nous sommes en 1994 et le brave capitaine semble avoir beaucoup de mal à se faire à l’idée.

Alcool, déprime, chagrin d’amour, rien ne va ! Jusqu’au jour où il décide de reprendre sa vie en main coûte que coûte.
Comment y parviendra-t-il ? Avec quel soutien ? Retrouvera-t-il sa dulcinée ? On vous laisse le découvrir en lisant Capitaine LSD : Welcome to the 90s.

Sous la plume de Jim Dandy, ancien illustrateur des petits et grands formats de chez Lug, tels que Zembla et Mustang, se dessine une histoire atypique mêlant spleen, poésie, et espoir.

La vie de ce super-héro, allant de désirs en déception, nous touche. Pas besoin d’être un homme et fan de BD pour s’y plonger à corps perdu. Vous ne pouvez qu’accrocher !

Capitaine LSD : Welcome to the 90’s, de Jim Dandy, aux éditions Reflexions
– 11, 50 €

http://www.aufeminin.com/les-chouchouter/capitaine-lsd-welcome-to-the-90-s-de-jim-dandy-aux-editions-reflexions-s692660.html

 


critique parue sur le site sceneario.com, Septembre 2010.

Résumé de l’album Welcome to the 90’s

En 1989, après des années à combattre le crime au sein de la Sup’Europa, le charismatique Capitaine LSD (Andy Namite) décide de jeter l’éponge. En fait il vient de subir une cruelle séparation avec la belle Psychebella et ne semble pas vraiment s’en remettre.
En 1994, alors qu’une pluie de météorites menace la Terre, le capitaine se demande s’il ne serait pas temps de revenir, de retrouver Psychebella, de redevenir le héros qu’il était…
Mais voilà, le temps a passé, l’alcool a coulé sous les ponts et entre délires poétique et résolutions difficiles à prendre, Andy ne sait plus trop ou il en est, son époque est loin, les jeunes héros de maintenant sont tellement différents…

Par Fredgri, le 23/08/2010

Notre avis sur l’album Welcome to the 90’s

Jim Dandy est un curieux pseudo, mais derrière ce « nom de plume » se cache un auteur très discret, mais passionné, avant tout. Jim est donc tout droit issu de ce qu’on a appelé il y a une dizaine d’année la « Sémic-team », un groupe d’artistes qui œuvraient pour le compte des éditions Sémic afin de ranimer un univers de personnages non utilisés depuis longtemps. De cette période, il en est surtout ressortie une incroyable énergie et des talents qui se sont ensuite bien affirmé dans le milieu de la BD.
Mais revenons à Jim Dandy. Il réalise ici un vieux rêve en s’auto-publiant. Le rêve de mettre en scène ce personnage décalé, avec un nom qui peut prêter à confusion, de mettre en scène cet univers très référentiel, cet hommage en substance aux années 80. Ici, un héros décide de tourner le dos à ces années qui arrivent et qui vont en quelques sorte s’éloigner de ses idéaux. Il reste nostalgique de cette inconscience qu’il aimait, de ce qui l’animait, lui et ses amis héros. On peut peut-être regretter que Jim de développe pas davantage la période 80’s, qu’il étire un peu trop les errances d’Andy et finit par quelque peu se répéter dans les angles. Néanmoins il règne sur cet album une atmosphère très nostalgique qui nous ramène à nos années de lecteurs comics dans les années 80, des années d’insouciance ou les histoires fleuraient bon l’héroïsme désuet mais à la fois efficace et entraînant.
Le scénario est donc assez habile, car il mêle plusieurs niveau de lecture. On est parfois dans la parodie, dans l’hommage, dans la dérision, mais aussi dans une sorte de constat légèrement mélancolique, le tout avec un propos quand même très profond et plein de finesse. Jim Dandy passe donc le cap de son premier album avec brio. D’autant que son dessin est lui aussi très bon. Un style tout en expression, avec un bon sens du cadrage et des ambiances.
Alors pourquoi le capitaine LSD ? Je ne pourrais pas vous répondre complètement, peut-être n’est-il qu’un prétexte pour à la fois détourner une iconographie très débridée et permettre ainsi à l’auteur de traiter de son sujet sans en avoir l’air. Toujours est-il que cet album est vraiment très intéressant et mérite toute l’attention du lecteur malgré une distribution assez discrète (je l’ai quand même vu à la Fnac et sur Amazon, ce qui est en soi une très très bonne chose)
En plus, nous pouvons retrouver, entre autre, des clin d’oeil d’autres participants, comme une pin-up de Paul Pope, de Phil Briones, de Chris Malgrain, de Sylvain Delzant… Du beau monde !
Bravo Mister Dandy !

Par Fredgri, le 23/08/2010

sceneario.com


critique parue dans sfmag.net, 2010.

-  ça faisait cinq ans que j’avais calculé la trajectoire de ces météores. En me tenant à cet endroit précis, je devais en prendre un sur la tronche à défaut d’avoir réussi ma vie.

1994 : voici le retour du capitaine LSD. Il a servi son pays dans les années 80. Puis sont survenus la fin de la guerre froide, la chute du mur de Berlin et le départ de sa petite amie.
En effet les super-héros ne sont pas exempts de peine de coeur (surtout s’ils sont Français). Car dans ce monde parallèle le scientifique Sergei Korolev (1) a créé les Soviets Suprèmes (2), dont les super-pouvoirs doivent garantir la supériorité de l’U.R.S.S. Aussi lors de la conférence de Roubaix ( !) Winston Churchill et le Général De Gaulle ont-ils décidé la création de la « Super Force » ( Le Blaireau des Ardennes, Capitaine France, Silver Beatle, Microlux, La Tulipe Noire).
Désormais les super-héros européens veillaient sur le Monde Libre. Puis est venu le déclin issu de la perte de leur objectif et des problèmes sentimentaux.
Car le capitaine LSD, leader de la nouvelle génération super-héroïque, se languit toujours d’amour pour la perfide Psychebella.
Les parodies d’histoire de super-héros permettent généralement de mettre à mal les réputations super-héroïques, mais également de porter un regard critique sur la production de comics. On se rappellera le superbe « Empowered » d’Adam Warren (3).
Ici le comportement des « supers » se révèle ordinaire. Le Captaine LSD nous informe qu’il est aussi apte à la dépression que le commun des mortels. Si le Docteur Peace (Strange ?) rappelle quelqu’un, des noms comme Mamie Supernova impliquent un réel manque de sérieux.
Mais après tout cela était indiqué dès le début. Qui aurait l’idée de tenir une conférence internationale (ou de réaliser tout autre activité) à Roubaix ?

(1) à qui on doit le Spoutnik dans notre univers
(2) équivalent des Super Soldats Soviétiques du Marvel Comic Group
(3) edition Milady

Damien Dhondt

Scénario & Dessin : Jim Dandy, Couverture Jim Dandy, Olivier Peru & Jonathan Dhenry, Préface : Thierry Monet, Postface ; Tof Mention, Dessins annexes : Paul Pope, Phil Briones, Jonathan Dhenry, Alex Besilkrian, Yigaël, François Duprat & Delzant _ Capitaine LSD, tome 1 : Welcome to the 90’s _ Edition : Réflexions _ avril 2010 _ Inédit, grand format, 80 pages noir & blanc _ 11,50 euros

SFmag